Actualités

L’ablette : toujours active en hiver

Si les poissons blancs subissent de plein fouet le refroidissement des eaux dû à l’arrivée de l’hiver, l’ablette est un de ceux qui résistent le mieux. Elle permet donc de faire de belles parties de pêche, qui peuvent se concrétiser par de délicieuses fritures, mais aussi des vifs de premier ordre.

C’est un fait connu, l’arrivée de l’hiver et du froid marquent un net ralentissement dans l’activité des poissons, particulièrement des cyprinidés qui préfèrent nettement les eaux réchauffées. Pourtant, quelques espèces restent relativement actives malgré ces conditions défavorables. C’est notamment le cas de l’ablette. Ce petit cyprinidé argenté qui dépasse rarement une quinzaine de centimètres et se nourrit préférentiellement près de la surface permet ainsi de faire de belles parties de pêche au coup à une période pendant laquelle les opportunités intéressantes ne sont pas si nombreuses.

Rechercher le soleil

Les journées douces, pendant lesquelles les ablettes montrent le plus d’activité, sont évidemment les plus propices. Elles peuvent en outre s’y montrer actives toute la journée. Par temps plus froid en revanche, leur activité diminue et devient plus aléatoire. On ciblera alors les heures les plus chaudes, c’est-à-dire le milieu de journée.

Les secteurs les plus favorables pour trouver des ablettes a cette saison en rivière sont d’une manière générale tous les postes calmes situés en bordure de courant, mais aussi les remous de bordure ou les amonts ou aval de chaussée. En plan d’eau en revanche, on ciblera les secteurs les plus réchauffés par le soleil. Lorsque les ablettes sont actives, elles se manifestent souvent en surface par de petits gobages. C’est un bon moyen pour les repérer et bien choisir son poste.

Une ligne légère et fine

La pêche de l’ablette ne présente pas de difficulté majeure, si ce n’est la finesse, essentielle avec ce petit cyprinidé. Une canne de 3 à 5 m fait parfaitement l’affaire dans la plupart des cas. On veillera simplement à ce qu’elle soit assez souple en pointe. La ligne et le montage doivent être fins et légers. La sensibilité du flotteur est un point important. On le choisira plutôt léger (0,15 à 0,40 g de portance) et on veillera particulièrement à bien l’équilibrer. Les ablettes peuvent en effet se montrer très chipoteuses à cette époque de l’année. Dans les postes calmes, on choisira un flotteur de forme effilée, plus sensible et indiquant la moindre touche. Pour les postes plus courants ou dans les remous en revanche, un flotteur plus trapu assurera plus de stabilité à la ligne. Parce que les ablettes sont délicates en hiver, on a intérêt à utiliser un bas de ligne très fin (6 ou 7/100) et un hameçon de très petite taille (n°22 ou 24)

L’amorçage : crucial

En hiver comme en été, l’amorçage est un paramètre clé de la pêche de l’ablette. Cela concerne aussi bien la nature de l’amorce que la stratégie d’amorçage. L’amorce ne doit surtout pas être lourde mais au contraire légère pour créer un nuage près de la surface, là où se tiennent les ablettes. On peut alors opter pour une amorce à peine mouillée ou au contraire très mouillée. Ces deux façons de procéder donnent des amorces « nuageantes » très efficaces avec les ablettes, car permettant de les maintenir en état d’excitation. Il est en outre primordial de rappeler très fréquemment et avec de petites quantités lorsque les ablettes sont sur le coup et que les captures s’enchaînent. Question couleur, le jaune (farine de maïs, chapelure) ou le blanc (crème de riz, lait en poudre) sont souvent de bons choix. Il existe également des amorces spécifiques.

Côté appât, le ver de vase est un « must » mais est très contraignant. On pourra également utiliser de très petits asticots ou des « fifises ». Enfin, une pâte à base de pomme de terre cuite écrasée et mélangée à de la farine de froment constitue également une bonne option.

Actualités Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche