Actualités

Carnassiers apathiques : misez sur les techniques lentes

L’arrivée de l’hiver et du froid ralenti l’activité des poissons. Et les carnassiers n’échappent pas à la règle. Si la pêche devient plus difficile, on peut toujours réussir, à condition d’opter pour des techniques qui pêchent lentement.

L’arrivée de l’hiver n’est pas une période très propice à l’activité des poissons, et les carnassiers n’échappent pas à la tendance. La raison ? Le froid bien sur, qui ralentit l’activité de tous les poissons, dont le métabolisme est sous l’influence de la température. Et lorsque les poissons sont « engourdis » par le froid, la pêche devient plus compliquée. Mais pas impossible, loin de là. Il faut seulement veiller à en tenir compte, car le choix de la technique de pêche devient encore plus important pour espérer quelques captures. Certaines techniques se montrent en effet totalement inefficaces sur les carnassiers apathiques ; à l’inverse, d’autres parviennent encore à procurer des attaques.

Miser sur les techniques lentes

C’est notamment le cas de toutes les techniques qu’on pourrait regrouper dans la catégorie des « techniques lentes ». Curieusement, la pêche au posé ne fait pas toujours partie des techniques gagnantes en hiver, notamment avec le sandre. Le fait qu’elle insiste sur un poste donné et en conséquence ne permette pas de prospection en est peut être la cause. Toujours est-il que les techniques actives se montrent souvent un peu plus régulières, du moins tant que nos carnassiers conservent un minimum d’activité. Mais attention, pas n’importe quelles techniques actives. Oubliez tout de suite les pêches très dynamiques, souvent basées sur l’agressivité des poissons. Si elles sont excellentes du printemps à la fin de l’été, elles ne sont plus au programme dès que le froid se fait trop sentir. En revanche, les techniques actives « lentes » sont celles qui permettent de mieux tirer son épingle du jeu.

Des leurres souples à gomme tendre

Dans ces conditions, les leurres souples sont incontournables. Et particulièrement ceux constitués de gomme tendre, qui sont les champions des pêches lentes et insistantes. Il en existe différents types. Chez les virgules, on choisira les modèles dotés de longues queues fines qui peuvent donner vie au leurre même à vitesse très lente . Chez les shad, ceux munis d’un pédoncule caudal très mobile même à faible vitesse. Les leurres souples de types vers (worm) peuvent également se révéler intéressants. Sans oublier surtout les modèles finess , ces poissons à la fine queue en faucille qui vibre facilement avec des animations lentes. Car ce sont ces dernières qui se révéleront souvent les plus prenantes et permettront de réaliser quelques captures. Les coups de scions seront mesurés et de faible amplitude, de manière à ce que le leurre sautille mollement sur le fond, avec de nombreuses phases d’arrêt. Si l’on pêche en barque, la verticale qui permet de maintenir un leurre en suspension devant les poissons en l’animant très lentement peut se révéler très prenante. C’est également le cas du Drop Shot (dandine lente d’un leurre souple non directement plombé), dont la lenteur en l’insistance peuvent faire la différence dans ces conditions difficiles.

Actualités Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche