Actualités

Magique « cul de canard » (pêche à la mouche)

La plupart des mouches artificielles utilisées pour pêcher à la mouche intègrent des plumes dans leur fabrication. Celles provenant du croupion des canards, généralement appelées « cul de canard », sont très particulières et permettent de constituer des mouches très prenantes.

La pêche à la mouche est basée sur l’utilisation d’imitations des insectes dont se nourrissent les poissons. Ces « mouches artificielles » sont constituées par des assemblages de plumes et de poils autour d’un hameçon. Si de très nombreux matériaux peuvent rentrer dans leur fabrication, les plumes restent une base dans la plupart des modèles. Parmi les différentes plumes utilisables, celles provenant du croupion de canard sont aujourd’hui les plus utilisées.

Des plumes de cul de canard naturellement graissées

Les plumes situées autour de la glande uropygienne (glande qui produit la substance dont se servent les oiseaux pour graisser leurs plumes) de canard possèdent en effet des qualités extraordinaires qui les rendent uniques pour monter des mouches artificielles destinées à la pêche à la mouche. Ces plumes de cul de canard sont munies de nombreuses « barbules » qui leur confèrent de bonnes qualités de flottaison. Et surtout, elles sont souples et permettent de réaliser des mouches qui flottent plus bas sur la surface de l’eau. Ce qui peut paraitre un détail pour nous est capital aux yeux des poissons.

Des mouches artificielles à flottaison basse

Truites et ombres peuvent en effet se montrer très exigeants sur le niveau de flottaison de leurs proies : empêtrées dans la surface et faciles à capturer, un peu au-dessus lorsqu’elles parviennent à s’en extirper ou franchement posées au-dessus dans le cas d’éphémères au stade ultime de leur transformation, autant de niveaux de présentation sur lesquels les poissons peuvent se montrer sélectifs. Lorsque la surface de l’eau est très lisse, les mouches artificielles qui flottent trop haut perchées sur la surface sont régulièrement refusées par les truites difficiles. La solution pour le pêcheur à la mouche consiste alors souvent à choisir une mouche qui flotte plus bas sur l’eau. C’est pour cette raison que les mouches montées avec des plumes de cul de canard sont si intéressantes et prenantes.

Des plumes montées en toupet ou en collerette

Elles peuvent permettre différents types de montage. Tournées autour de la hampe de l’hameçon, elles donnent une mouche à collerette semblable à une classique « araignée » en plume de coq ; à la différence près qu’elle flotte plus bas sur la surface et conduit donc à une présentation différente. Mais le montage le plus utilisé avec les plumes de « cul de canard » consiste à fixer un toupet de fibres sur le dessus de la hampe de l’hameçon, préalablement « habillé » d’un corps en fil ou en poils destinés à imiter le corps de l’insecte. Ce montage, souvent qualifié de « voilier », flotte très bas sur l’eau et se révèle souvent extrêmement efficace auprès des poissons sélectifs. On peut ensuite décliner ce principe pour faire varier la taille de la mouche, sa couleur mais aussi l’importance du toupet qui produira des mouches de volumes différent, afin de mieux coller aux attentes des poissons lorsqu’on pêche à la mouche.

Actualités Récentes

Pêche du bar : la magie de la pêche en surface

La pêche aux leurres en mer procure de superbes sensations. Et la pêche en surface est certainement la plus magique de toutes. Mais selon les conditions, choisir le bon leurre permettra ou non à la magie...

Magique « cul de canard » (pêche à la mouche)

La plupart des mouches artificielles utilisées pour pêcher à la mouche intègrent des plumes dans leur fabrication. Celles provenant du croupion des canards, généralement appelées « cul de canard »,...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche