Actualités

Le pain : un appât aussi simple qu’efficace en mer et en eau douce

Facile à se procurer, économique et efficace auprès de nombreux poissons, le pain est un appât formidable.

Les poissons blancs peuvent se pêcher avec de nombreux appâts. Si les esches carnées se montrent imbattables dans des eaux froides, elles ne sont plus aussi souveraines dès que l’eau se réchauffe. A partir de l’été, les esches « végétales » se montrent ainsi souvent supérieures pour pêcher au coup. Ce sont par exemple des graines ou leurs dérivés. Parmi ces derniers, il est une esche aussi simple d’utilisation qu’universelle : le pain. Le pain est apprécié de quasiment tous les poissons blancs, sans oublier certains poissons de mer, au premier rang desquels le mulet, qui en est friand.

Le pain sous diverses formes

Le principal défaut du pain en tant qu’esche est sa fragilité, qui entraine une faible tenue à l’hameçon. C’est pourquoi il s’utilise toujours avec une ligne flottante et sensible. Selon le poisson recherché, on fera varier la taille de la bouchée proposée. Le plus simple consiste à utiliser de petites « boulettes » de mie piquées sur un hameçon de 18 ou 20. C’est excellent pour les petits gardons, rotengles ou ablettes par exemple. On veillera simplement à bien faire ressortir la pointe de l’hameçon après avoir esché la boulette. Pour les gros cyprinidés comme le gardons, le chevesne ou encore la carpe, une bouchée plus conséquente est de rigueur. On utilisera alors un morceau de mie dont on ne serrera qu’une partie autour de la hampe de l’hameçon, formant ainsi une sorte de cône dont la base reste aérée et très attractive aux yeux des poissons.
Enfin, on peut aussi utiliser le pain sous forme de « croûton » flottant armé d’un hameçon simple ou triple. C’est notamment un excellent appât pour la carpe ou les gros chevesnes en plan d’eau ou rivière lente ou encore le mulet en mer. Mais ce dernier est également sensible au pain sous d’autres formes, telle la petite boulette de mie eschée sur un hameçon n°18 ou 16 à la noisette de mie pétrie en enfilée sur un hameçon n°8 ou 10.

Pas n’importe quel pain

Tous les pains ne se valent pas. Le meilleur pour pêcher est riche en amidon. Collant lorsqu’on le pétrie, il permet de former des esches qui tiennent bien à l’hameçon. A l’inverse, les pains industriels, qui sèchent rapidement ont peu de tenu. Le pain de mie est également intéressant. On peut confectionner ses esches en les pétrissant entre ses doigts. Si elles tiennent bien à l’hameçon, elles sont cependant très serrées, ce qui peut diminuer leur attractivité. On peut alors utiliser de petits «emporte pièces » qui permettent de confectionner des morceaux calibrés qu’on pique ensuite facilement sur un hameçon. Plus attractifs par leur sapidité, ces morceaux sont en revanches plus fragiles et tiennent moins bien à l’hameçon.

Pour l’amorçage

Si le pain est un excellent appât, son efficacité est cependant dépendante d’un amorçage préalable ou en cours de pêche. On peut bien sur utiliser pour cela des farines du commerce. Mais aussi tout simplement du pain, sous une forme équivalente à celle utilisée comme appât. Ainsi, lorsqu’on pêche avec des boulettes de mie, on peut amorcer son coup en y jetant aussi fréquemment et régulièrement que possible des boulettes de mie pétrie de taille équivalente à celle utilisée enfilée sur l’hameçon. Si on pêche avec des « croûtons » flottant, on prendra soin d’en lancer sur le coup afin d’y rassembler carpes ou mulets, qu’on pourra ensuite capturer.

Actualités Récentes

Magique « cul de canard » (pêche à la mouche)

La plupart des mouches artificielles utilisées pour pêcher à la mouche intègrent des plumes dans leur fabrication. Celles provenant du croupion des canards, généralement appelées « cul de canard »,...

Pêcher à la bonne profondeur

Ecole de finesse et de subtilité, la pêche au coup est pleine de détails qui font la différence. Trouver la bonne profondeur de pêche fait partie des points clés pour réussir de belles pêches.

Les...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche