Actualités

teigne

Pêche au toc : quand et comment utiliser la teigne

La teigne figure désormais au rang de « classique » parmi les appâts utilisables pour pêcher la truite. Mais son efficacité tient en grande partie aux conditions ainsi qu’à la façon de l’utiliser.

La teigne est la larve d’un insecte parasite des ruchers dont l’adulte ressemble à une mite. Pour la pêche, seule la larve est intéressante. À l’origine la teigne est de couleur jaunâtre à doré voire parfois grisâtre selon les variétés. On ne trouve plus aujourd’hui que des larves très claires, presque blanches, du fait des sélections opérées par les éleveurs. La teigne se caractérise par une texture très molle qui la rend assez fragile. Mais aussi par sa faible densité (inférieure à celle du ver par exemple). Elle mesure le plus souvent entre 1,5 et 3 cm. S’il fallait autrefois connaître un apiculteur pour s’en procurer, son élevage est aujourd’hui parfaitement maitrisé. Ainsi, on en trouve chez tous les détaillants en articles de pêche.
La teigne s’est peu à peu imposée comme un appât « classique », preuve de son efficacité. Mais comme tous les appâts, elle présente des avantages et des inconvénients.

La teigne est efficace par eau basse

Sa faible densité la rend très sensible aux moindres courants. Il suffit de l’observer dans l’eau claire pour se rendre compte qu’elle évolue comme en suspension quelques centimètres au-dessus du fond, répercutant le moindre remous et le plus léger courant. C’est ce qui fait en grande partie son efficacité car cette évolution est très naturelle aux yeux des truites. Mais cela peut aussi devenir un handicap, particulièrement par eau forte et froide, conditions dans lesquelles il faut pêcher au ras du fond et dans lesquelles le ver est irremplaçable. Dès qu’on pêche dans des eaux basses en revanche, la teigne est dans ses conditions optimales, quelle que soit la saison. La seule condition est d’ajuster la taille de la larve utilisée à la température de l’eau : d’autant plus petite que l’eau est réchauffée. On peut ainsi réussir avec cet appât en été en sélectionnant de très petites teignes (moins de 1 cm) que l’on peut parfois trouver chez certains détaillants. C’est en début de saison par eaux basses et au printemps en général que la teigne est la plus indiquée.

Bien soigner l’eschage de la teigne

Pour ne pas contrarier cette densité qui constitue son point fort, il est préférable de ne pas trop plomber la ligne lorsqu’on pêche à la teigne. Si toutefois les conditions imposent une plombée lourde, il peut être judicieux, selon la configuration du poste, de laisser suffisamment de liberté à la larve en éloignant un peu la plombée de l’hameçon.
L’eschage est un moment aussi délicat que décisif du fait de la texture molle de la teigne. S’il est mal effectué, celle-ci se vide et perd toutes ses qualités. Il doit donc être soigné. On peut simplement « piquer » la teigne à une extrémité de la larve, mais l’eschage hameçon enfilé sur toute la longueur est plus indiqué. Il est alors primordial d’utiliser un nœud d’hameçon qui laisse le brin de nylon libre orienté vers le haut (comme le nœud pyrénéen). De même, il est important d’utiliser un hameçon correctement proportionné (n°12 ou 14 en général) et suffisamment fin de fer pour ne pas abîmer la larve mais aussi pour ne pas trop l’alourdir et qu’elle conserve sa « légèreté » sous l’eau.

Choisir des teignes pas trop grosses

L’utilisation de la teigne est tout d’abord une solution simple pour varier nos appâts, car il est des jours où les truites se montrent sélectives sur ce point. Elle est à ce titre un bon complément du ver. La teigne est aussi précieuse pour pêcher les eaux basses, conditions dans lesquelles un appât comme le ver peut montrer ses limites. Mais son efficacité tient au soin apporté à son eschage. Afin qu’elle conserve sa forme général et son « embonpoint » appétissant pour les truites. Mais aussi à la taille des larves utilisées. Celles qu’on trouve depuis quelques années sont souvent trop grosses pour intéresser les truites sauvages. Ce point est primordial et il faut se montrer attentif lors de l’achat.

Actualités Récentes

trouver les brochets

Où trouver les brochets à l’ouverture ?

Le brochet reste un poisson mythique, tant par la taille imposante qu’il peut atteindre que par sa puissance et sa combativité. Et c’est donc naturellement une cible privilégiée au moment de...

hameçon pour pêcher au toc

Quels hameçons pour pêcher au toc ?

Souvent négligé, le choix de l’hameçon pour pêcher au toc est pourtant capital. Car utiliser un hameçon adapté ou non peut complètement changer les résultats.

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche