Les fiches conseils d'Europêche

Bien choisir son shad

Efficace auprès de tous les carnassiers, s’adaptant à de nombreux montages et types de pêche, le shad fait véritablement partie des leurres incontournables. Mais face à la multiplication des modèles, comment choisir le bon modèle et surtout sur quels critères ?

Imitation de poisson dotée d’un paddle caudal vibratoire, le shad est apprécié de tous les carnassiers. Mais son « universalité » ne s’arrête pas là : ce leurre souple s’adapte en effet à de nombreuses actions de pêche, qu’il s’agisse d’une simple récupération linéaire, d’une action en dent de scie de type mort manié, sans oublier la pêche en verticale ou en drop shot. Il est en outre simple et rapide à mettre en œuvre. Si on ajoute un coût souvent modeste, on comprend le succès de ce leurre et le fait qu’on le trouve désormais dans quasiment toutes les boites à leurre.

Fort de ce succès, les modèles de shad sont désormais très nombreux. Au point que faire un choix n’est pas toujours simple. Alors comment les choisir ? Les modèles de shad varient par différentes caractéristiques, qu’on pourrait classer en deux catégories : l’apparence et la fonctionnalité.

Des shad d’apparence variable

La forme générale des shads reste à peu près la même quels que soit les modèles, mais alors que certains essaient d’imiter de près un poisson avec des détails soignés, d’autres en sont assez éloignés hormis la forme générale. Du point de vue de l’apparence et de la ressemblance avec un poisson, il existe de grandes différences dans l’offre actuelle de shads. Ainsi, si on veut privilégier l’aspect imitatif (eau claire, poissons difficiles), alors le réalisme de l’imitation doit être pris en compte. Mais disons le tout de suite, ce n’est pas un critère majeure pour les carnassiers d’un point de vue général.

La taille en revanche est un critère important. Elle doit être fonction de l’espèce recherchée, mais aussi du type de pêche pratiquée (facilité à lancer et animer, pêche du bord ou en barque, etc…). On privilégiera ainsi les gros modèles (plus de 12 à 15 cm) pour le brochet, les tailles moyennes pour le sandre (7 à 10 cm, bien que les grandes tailles puissent aussi être intéressantes pour la verticale) et les petits modèles pour la perche ou le black-bass, même si les gros individus peuvent aussi attaquer de gros leurres.

La question de la couleur est toujours assez subjective. D’une manière générale, mieux vaut privilégier des couleurs neutres lorsqu’il faut miser sur un effet imitatif. En revanche, des couleurs vives (orange, jaune fluo) jouent sur l’agressivité et peuvent être intéressantes par eau teintée. Le noir est passe partout et très visible par eau teintée. L’important est d’avoir des coloris différents pour les essayer et trouver celui qui fonctionne au moment où l’on pêche.

Les critères « fonctionnels » des shads

 Lorsque le shad est mis en mouvement, son paddle caudal émet des vibrations. Mais celles-ci varient nettement d’un modèle à l’autre. L’intensité des vibrations émises et la capacité à vibrer à faible ou forte vitesse est un critère majeur à prendre en compte. Cela dépend des dimensions de la palette caudale, mais aussi de l’épaisseur du pédoncule qui la relie au corps et de la souplesse de la matière constituant le shad. On trouve ainsi des modèles qui vibrent facilement à très faible vitesse (souplesse de la matière, finesse du pédoncule), alors que d’autres ont besoin d’une vitesse plus élevée pour bien vibrer (matière plus dur, pédoncule plus épais), mais généreront des vibrations plus intenses. Les premiers sont à utiliser lorsqu’il faut animer lentement, les autres pour les pêches plus dynamiques.

Certains modèles de shad sont déjà armés avec une plombée intégrée dans la masse. Ces plombées internes diminuent la densité du leurre et permettent une action plus coulée, à laquelle est par exemple très sensible le brochet. Les plombées externes en revanche (comme les têtes plombées), sont préférables pour les actions en dents de scie, auxquelles sandres et perches sont si sensibles.

Enfin, le fait que la surface du leurre soit lisse ou rainurée est à prendre en compte si l’on souhaite utiliser des attractants. Les gels par exemple, parfois utilisés dans les eaux froides, sont plus faciles à appliquer et persistent plus longtemps sur une surface rainurés.

Les critères d’apparence ne doivent pas être les seuls pris en compte lors du choix d’un shad. Les caractéristiques fonctionnelles ne doivent pas être oubliées. Car elles sont souvent déterminantes sur le nombre de touches…

 

 

Fiches conseils Récentes

Comment choisir son crankbait ?

Le crankbait est un leurre très intéressant pour pêcher le carnassier et prospecter rapidement. Mais il en existe de nombreux modèles, ce qui complique souvent le choix. Voici quelques conseils...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche