Les fiches conseils d'Europêche

Carnassiers en hiver : n’oubliez pas le naturel

Le refroidissement des mois d’hiver ralenti nettement l’activité de tous les poissons, carnassiers compris. La pêche devient plus difficile, mais il est tout de même possible de faire quelques belles pêches, à condition d’utiliser des techniques adaptées à ces conditions, comme celles qui utilisent des appâts naturels.

La baisse marquée des températures qui survient avec l’installation de l’hiver marque un net ralentissement de l’activité des poissons. Conséquence : la pêche devient plus lente et irrégulière, en un mot plus difficile. Mais pas question d’abdiquer pour autant car difficile ne veut pas dire impossible, du moins si on s’adapte aux conditions et au comportement des poissons. Et même si leur activité est ralentie, les carnassiers se nourrissent quand même, mais simplement moins souvent et avec des phases d’activité qui durent moins longtemps. Les carnassiers sont également moins agressifs du fait des basses températures. Il faut donc des techniques qui répondent bien à ces conditions particulières. De ce point de vue, la vague de la pêche au leurre a relégué les techniques traditionnelles et la pêche au naturel au second plan. Or la pêche au naturel reste pourtant toujours très efficace, et tout aussi plaisante lorsqu’elles sont actives.

Le mort manié reste très efficace auprès des carnassiers en hiver

De ce point de vue, deux techniques se détachent : le mort manié et la tirette. Le premier permet de cumuler les stimulations d’une action de type leurre en animant son poisson, avec les effluves naturelles qu’il émet dans l’eau. Dans l’eau froide, il faut simplement ralentir l’animation pour s’adapter au comportement des carnassiers à cette saison, et obtenir une évolution plus lente et douce qu’à l’accoutumée, ce que favorise notamment le fait de sous plomber un peu sa monture. Les arrêts sur le fond devront être fréquents et un peu prolongés. Ils pourront également être ponctués de « tremblotements » et de quelques glissades sans à-coups, du moins sur fond propre. Attention, les touches seront souvent fines et subtiles. Ferrez à la moindre sensation, au plus léger doute. Une canne possédant une excellente résonance et l’utilisation d’une tresse fine sont indispensables.

Les carnassiers sont très sensibles à la tirette en hiver

Quant à la tirette, elle peut également être très intéressante dans ces conditions, en utilisant de petits vifs et en insistant sur chaque coup. Il ne faut pas plomber trop lourd mais assez léger, tout en gardant en permanence le contact avec le fond. Il ne faut pas hésiter à faire des essais, pour trouver le bon grammage par essais successifs. Des plombs rapidement interchangeables, de type drop shot, sont intéressants pour cela. La vitesse de récupération est essentielle, et doit être calée sur les conditions de pêche et le comportement des carnassiers. Elle ne doit être ni trop lente, ni trop rapide. Il faut également chercher le bon timing entre amplitude des tirées et durée des phases d’arrêts. Contrairement au mort manié avec lequel il faut ferrer à la moindre sensation, il faut rendre légèrement la main à la touche avec la tirette. C’est pour cela qu’une canne très sensible en pointe, adaptée à la pêche en tirette, est nécessaire pour éviter d’alerter les carnassiers à la touche et qu’ils ne recrachent avant qu’on ait pu ferrer.

Fiches conseils Récentes

Pêche au chironome en réservoir

Très abondants et présents dans tous les plans d’eau, les chironomes constituent une proie fréquente pour les truites des réservoirs. D’où l’importance d’en avoir dans sa boite à mouche...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche