Les fiches conseils d'Europêche

Comment choisir son crankbait ?

Le crankbait est un leurre très intéressant pour pêcher le carnassier et prospecter rapidement. Mais il en existe de nombreux modèles, ce qui complique souvent le choix. Voici quelques conseils pour bien choisir.

Le crankbait fait partie des leurres de base pour pêcher les carnassiers, car efficace sur toutes les espèces. Ce poisson nageur dodu à la forme typique est particulièrement recommandé pour battre du terrain et prospecter de grandes étendues. Il rentre dans la catégorie des « leurres à réaction », c’est-à-dire conçus plutôt pour déclencher les attaques des carnassiers actifs en ratissant large, que pour réaliser des prospections intensives et tenter de faire mordre des carnassiers repérés en insistant. Un de ses atouts est sa facilité d’utilisation, puisqu’il s’anime avec une simple récupération linéaire. La vitesse de récupération est un point important, et ne doit être ni trop rapide, ni trop lente pour ne pas laisser les carnassiers « réfléchir » mais au contraire déclencher des attaques réflexes. L’autre point important est le choix du modèle de crankbait. Car il en existe de très nombreux modèles et il n’est parfois pas facile de choisir.

Tenir compte de la dimension de la bavette du crankbait

Le premier point important est la taille du leurre. Elle doit varier selon l’espèce recherchée. Pour la perche ou le chevesne, on choisira des modèles de petite taille, c’est-à-dire de moins de 6 cm. Pour le brochet ou le black en revanche, on augmentera la taille, avec des modèles de 7 à 12 cm. Ce qui n’empêchera pas les belles perches d’attaquer ! Au-delà de cette taille, les crankbait sont lourds et tirent beaucoup à la récupération, ce qui les rends peu agréables à utiliser.

L’autre point important est la dimension de la bavette du leurre. C’est elle qui conditionne sa profondeur de nage. Plus elle est longue et inclinée et plus le leurre plonge et atteint des profondeurs importantes, pouvant aller jusqu’à 4 m voire un peu plus. Plus elle est courte et perpendiculaire au leurre, et plus il nage près de la surface. Chaque modèle est ainsi déterminé pour évoluer à une profondeur donnée et il est important d’en avoir différents modèles pour pouvoir s’adapter aux différents postes. En effet, sans chercher à « gratter » systématiquement le fond, il est important de descendre suffisamment profondément pour pêcher au moins entre deux eaux. Mais on peut aussi exploiter la faculté de la bavette à « protéger » le poisson nageur des accrocs en le faisant volontairement « taper » au fond. C’est ce qu’on appelle le « bottom tapping ». Sur fond mou, la bavette va ainsi soulever un nuage de particules et générer une trainée derrière le leurre. Sur fond dur en revanche, les chocs répétés de la bavette sur les cailloux vont provoquer des bruits secs qui se propagent bien dans l’eau. Deux signaux de plus pour faire réagir les carnassiers.

Crankbait sonores ou silencieux ?

Comme souvent avec les poissons nageurs, il existe des crankbait silencieux et d’autres dotés de billes internes, qui augmentent les signaux envoyés vers les carnassiers. Les premiers sont préférables pour des poissons éduqués, craintifs ou peu actifs. Les seconds lorsque les carnassiers sont très actifs et réceptifs aux leurres.

Enfin, reste la question de la couleur, les crankbaits étant proposés dans de très nombreux coloris. Le crankbait est un leurre déjà suffisamment agressif pour ne pas en rajouter à l’excès. Dans une eau claire, mieux vaut choisir des teintes neutres. Dans des eaux teintées en revanche, les couleurs vives peuvent être recommandées pour rendre le leurre plus visible. Mais le sujet de la couleur est toujours délicat et rien n’empêche de prendre ces règles à revers. Car au final, ce sont toujours les poissons qui ont raison !

Fiches conseils Récentes
quand le brochet prend la mouche

Quand le brochet prend la mouche !

Les carnassiers aussi peuvent se pêcher à la mouche, particulièrement le brochet, un des carnassiers les plus réceptifs à cette technique.

Sandre : le temps des pêches légères

Avec le réchauffement du printemps, le sandre se tient dans des zones relativement peu profondes où il chasse activement les poissons fourrages. C’est le moment de passer aux pêches légères,...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche