Les fiches conseils d'Europêche

La pêche au feeder : facile et efficace

pêche au feeder

De plus en plus populaire, la pêche au feeder est aussi amusante qu’efficace. Et elle n’a pas son pareil pour sélectionner les beaux poissons.

De plus en plus populaire, la pêche au feeder consiste à utiliser un petit accessoire fixé sur la ligne : le feeder, qui donne son nom à la technique. Il sert de lest, mais surtout d’amorçoir. Il est en effet rempli d’amorce ou d’esches avant d’être lancé sur le coup. Une fois sous l’eau, le feeder libère son contenu, qui attire les poissons qui vont rapidement trouver l’hameçon esché juste à côté. La base de la technique consiste à relancer souvent, même en l’absence de touche, afin de créer un amorçage régulier sur le coup et d’y attirer puis d’y maintenir les poissons. Il faut évidemment relancer toujours au même endroit. Conserver la même direction de lancer n’est pas très difficile, mais garder la même distance beaucoup plus. C’est pour cela qu’il est très pratique d’utiliser le line-clip du moulinet, qui permet de relancer exactement à la même distance.

Le montage de base pour pêcher au feeder

La canne à utiliser, qualifiée de « canne feeder » est spécifique. Elle possède à la fois une bonne capacité de lancer, mais aussi un scion souple et sensible, qui indique les touches les plus fines. La longueur du bas de ligne doit varier en fonction des conditions de pêche et du comportement des poissons. On peut l’allonger ou au contraire le raccourcir pour améliorer la sensibilité du montage. La longueur moyenne est d’environ 40 cm à 1 m, 60 cm constituant une bonne base de départ. Il faut l’allonger lorsque les fausses touches ou les manqués sont nombreux. Au contraire, il faut le raccourcir lorsqu’on ramène l’hameçon nu ou les esches picorées sans que les touches n’aient été perçues. On peut résumer en disant que les bas de ligne courts (15 cm à 40 cm) sont adaptés à la pêche des gros poissons, tandis que les plus longs (80 cm à 1,50 m) sont destinés aux pêches fines des petits poissons. Mais cela reste comme toujours relatif et seul le comportement des poissons au moment où l’on pêche, couplé à des essais successifs, permettent de trouver le bon compromis entre discrétion, sensibilité et efficacité. Quant au feeder, le montage de base consiste à le placer en position coulissante sur le corps de ligne. Un petit amortisseur vient ensuite protéger le nœud de raccord de l’émerillon auquel est relié le bas ligne.

Choisir le bon feeder pour la pêche au feeder

Il existe différents types de feeder : cage, ouvert ou fermé. Chacun présente des avantages et inconvénients en action de pêche. Comme leur nom l’indique, les feeder cage sont constitués d’une cage grillagée, ronde ou rectangulaire. Ils sont souvent peu ou pas plombés. Ils permettent de mettre une quantité d’amorce conséquente en début de partie de pêche ou de rappeler avec beaucoup d’amorce si nécessaire en cours de pêche. Très polyvalents, libérant rapidement l’amorce, ils possèdent d’excellentes qualités et sont les plus utilisés. On peut même les utiliser en rivière, à conditions cependant d’opter pour des modèles rectangulaires qui tiennent mieux le fond que des formes rondes.

Le feeder ouvert est constitué d’un cylindre en plastique, avec ou sans trous, mais qui reste ouvert à ses 2 extrémités. C’est principalement par-là que vont se libérer amorce et asticots qui auront été stockés à l’intérieur. Le feeder ouvert a la caractéristique de remonter vers la surface quand on le récupère, ce qui le rend intéressant dans les fonds accrocheurs ou par grande profondeur. Contrairement au cage feeder, le feeder ouvert travaille peu à la descente et ne libère les esches qu’une fois arrivé sur le fond. Il est idéal pour sélectionner les gros poissons, notamment en utilisant une forte proportion d’asticots. Il est également plus précis au lancer en cas de vent. Et sa capacité à remonter vers la surface à la récupération le rend incontournable sur les secteurs encombrés ou pour pêcher en grande profondeur.

Le feeder fermé est différent. Comme son nom l’indique, il est fermé à ses 2 extrémités mais sa surface est perforée. C’est par ces trous que s’échappent les esches qui le garnissent. Il s’utilise principalement avec des asticots purs, parfois avec des graines. Il est surtout intéressant en rivière car il libère lentement les esches. En lac, il permet de cibler les gros poissons en évitant d’utiliser des farines, moins sélectives.

Fiches conseils Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche