Les fiches conseils d'Europêche

Le Fireball : aussi simple qu’efficace

fireball de spro

Le Fireball est une sorte de tête plombée destinée à recevoir un poisson vivant ou mort permettant une prospection facile et efficace pour les carnassiers.  

Créé à l’origine aux USA pour pêcher black-bass et doré (le sandre d’Amérique du Nord), le Fireball ressemble à une tête plombée équipée d’un hameçon simple très court doté d’une grande ouverture. L’hameçon est en outre décentré vers le haut et la tête en plomb, d’un grammage souvent élevé, porte deux œillets : l’un destiné à fixer la ligne, l’autre à recevoir un avançon relié à un triple qui complète l’armement. La tête de plomb peut être d’un coloris naturel ou peinte avec un coloris flashy (jaune ou orange fluo le plus souvent).

Le Fireball : une utilisation ultra simple

Cette drôle de tête plombée n’est en fait pas destinée à recevoir un leurre souple mais un poisson, le plus souvent vivant mais aussi parfois mort. Le montage est ultra simple : on clave les deux lèvres du vif par l’hameçon simple, sur lequel on pique ensuite un petit morceau de caoutchouc destiné à retenir l’hameçon. Puis on pique le triple (un n° 8 ou 10 selon la taille du vif) sur le dos du poissonnet, derrière sa nageoire dorsale. Pour un poisson mort, on enfile le simple assez loin dans la gueule du poisson pour le faire ressortir vers le milieu de la tête, ce qui lui permet de se maintenir presque à l’horizontal une fois dans l’eau.

L’action de pêche, très simple, se pratique à l’aplomb de la canne. Le vif est descendu jusqu’au contact du fond, puis animé lentement sous la canne par des relevés et des relâchés d’amplitude modérés. On peut aussi le traîner sur le fond (si celui-ci n’est pas trop accrocheur bien entendu), ce qui soulève parfois un nuage de particules qui attire souvent les poissons et excite parfois les carnassiers environnants. Le poids de la tête plombée, relativement conséquent, aide à piloter précisément le vif dans la plupart des conditions de profondeur et de courant. Il permet en outre d’opposer une certaine inertie au vif et ainsi de mieux le contrôler. Lorsqu’on s’adresse au sandre ou à la perche, on pêche quasiment toujours à proximité du fond. Mais le fireball est également excellent pour le brochet. Pour ce dernier, on animera plus décollé du fond, voire entre deux eaux. On veillera également à utiliser une crinelle d’acier, aussi bien comme bas de ligne que pour l’empile du triple.

Le Fireball est efficace sur tous les carnassiers

Le fireball s’utilise principalement en bateau, avec lequel il permet une prospection très intéressante utilisant un vif contrôlé au doigt et à l’œil au moyen d’une canne courte (1,80 m à 2,40 m) et d’une tresse fine. On prospecte un peu comme dans la pêche en vertical, à l’aplomb de la barque et en dérivant sur les différents postes. Il permet de prospecter au millimètre des postes précis : tombant, éboulis, arbre noyé et déclencher les attaques des carnassiers qui s’y trouvent. Cette présentation d’un vif animé est très efficace sur les carnassiers. On peut également prospecter du bord les postes peu éloignés, particulièrement en rivière. On optera alors pour une canne longue (5 m au moins) afin d’avoir une certaine amplitude de prospection, celle-ci s’effectuant sous la canne. La touche est nette et le ferrage doit être immédiat, le carnassier ayant généralement déjà le vif bien en gueule.

Le fireball intéresse toutes les espèces de carnassiers d’eau douce. Il offre une alternative intéressante pour les journées au cours desquelles les leurres ne donnent pas et où les stimuli d’un vif ou d’un poissons mort animés lentement peuvent sauver la journée.

 

Fiches conseils Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche