Les fiches conseils d'Europêche

Quel comportement pour les truites de l’ouverture ?

truites

Bien connaître les comportements des poissons est capital pour réussir à les pêcher. Et l’ouverture n’échappe pas à la règle. Alors que faut-il savoir des truites pour réussir son ouverture ?

Depuis 6 mois, elles n’ont pas vu un pêcheur. Tant mieux pour elles, occupées qu’elles étaient à perpétuer l’espèce. Mais 6 mois sans pêcheurs diminue forcément un peu le niveau de méfiance. Un peu seulement, car les truites se savent en danger permanent et apprennent à se méfier de toute forme suspecte qui s’approche de trop près. Ceux qui comptent sur des truites amnésiques et naïves vont donc au devant de cruelles désillusions. Du moins s’ils pensaient aux truites sauvages, qui sont celles dont nous parlerons ici. En revanche, si l’approche est soignée et que la belle n’a pas été mise en éveil, alors oui peut être que ces 6 mois sans pièges tendus auront momentanément abaissé sa vigilance et lui feront passer outre quelques petites erreurs techniques. Mais momentanément seulement. Car comme ses consœurs, elle va avoir l’occasion de rattraper le temps perdu en étant confrontée, en une seule journée, à une multitude de pêcheurs pratiquant à des techniques diverses. La naïveté du matin, si elle existait, va donc disparaître bien vite ! Et mieux vaut ne pas trop compter sur elle pour faire une belle ouverture.

Les truites près du fond

D’autres comportements sont en revanche plus intéressants à connaître pour y adapter son action de pêche. Affaiblie par la reproduction et par un hiver toujours trop long et trop froid (même si cette année, il fût plus clément), les truites ne sont pas au sommet de leur forme pour l’ouverture de la saison. En conséquence, elles évitent les postes les plus courants et recherchent au contraire des tenues à la fois profondes et peu courantes. Et ceci est d’autant plus vrai que l’eau est froide. Voilà donc une règle importante pour sélectionner les postes en début de saison. Une autre est que les truites se tiennent très près du fond et s’en éloignent peu. Si on veut les prendre, c’est donc là qu’il faudra présenter notre appât ou notre leurre. Faute de quoi il sera refusé. Pêcher au ras du fond est donc une règle de base pour réussir son ouverture. De même, ces truites affaiblies refusent toute proie qui passe trop rapidement. En plus de leur proposer appât ou leurre au ras du fond, celui-ci devra donc évoluer le plus lentement possible pour être pleinement efficace.

ou alors peu actives

Économes de leur précieuse énergie, elles rechignent également à trop se déplacer. Ainsi, toute proie qui passe un peu trop loin sera bien souvent que regardée, ignorée. Il faut donc pêcher précis, mais aussi et surtout insister de manière à être certain d’avoir couvert chaque centimètre carré du poste prospecté. Précision et insistance sont donc deux qualités payantes pour l’ouverture, comme pour le début de saison en général.

Les truites s’alimentent d’autant moins que l’eau est froide. Ce qui signifie que leurs « sorties » seront plus rares au cours des premières semaines que plus tard en saison. Et c’est d’autant plus le cas que le parcours est fréquenté et les truites dérangées. Il ne faut donc absolument pas manquer les périodes d’activité, car bien malin qui peut dire quand sera la prochaine. Lorsqu’on commence à toucher quelques truites, il est donc primordial de pêcher très concentré. C’est peut-être l’ouverture qui se joue pendant cette brève période. Elle peut certes se produire à n’importe quel moment de la journée. Mais certains sont plus favorables que d’autres. C’est notamment le cas du lever du jour, qui permet en outre de pêcher un peu tranquille, ce qu’il faut apprécier pour l’ouverture. L’autre moment très favorable est le milieu de journée, pendant lequel l’eau s’est un peu réchauffée. C’est le plus propice à l’activité générale, aussi bien des truites que des insectes. Tout cela n’est certes que théorique. Mais il existe un moyen de le vérifier : pêcher toute la journée !

Fiches conseils Récentes
digues et jetées

Digues et jetées, des coins de pêche en or !

À la fois pratiques et fréquentées par de nombreuses espèces de poissons, les digues et jetées qui protègent les ports offrent de belles opportunités pour pêcher, aussi bien aux appâts qu’aux...

nymphe

La nymphe, la technique tout terrain

La pêche à la mouche s’est longtemps limitée à la seule pêche en surface avec des mouches flottant sur l’eau. Mais la pêche à la nymphe, avec des imitations de larves aquatiques qui évoluent sous...

Gros brochets avec de gros leurres souples

« Gros leurre – gros poissons » dit un dicton. C’est particulièrement vrai avec le brochet, qui peut avaler de très grosses proies. Alors, pourquoi pas un gros leurre souple pour prendre le brochet...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche