Les fiches conseils d'Europêche

Quelques règles de base pour pêcher la carpe, ce poids lourds de nos eaux

pêcher la carpe

Très combative, la carpe atteint couramment des tailles importantes. Et quand on sait qu’elle est présente dans la plupart des parcours de seconde catégorie, pourquoi ne pas tenter sa chance pour un combat dantesque ?

La carpe est un des plus gros poissons peuplant nos eaux, franchissant régulièrement la barre des 15 kg et pouvant flirter voire dépasser celle des 30 kg ! Et quand on connaît sa puissance, on comprend que prendre une grosse carpe est la garantie de sensations fortes et de souvenirs inoubliables !

La carpe : un poisson à habitudes

La carpe peut se pêcher toute l’année. Mais la saison connaît deux périodes plus favorables : le printemps avec le réchauffement des eaux, et l’automne avec le rafraîchissement qui suit les canicules estivales. Cela n’empêche pas de pouvoir la pêcher avec succès en hiver comme en été.

Si les carpes vivent aussi bien dans les plans d’eau que dans les rivières lentes, les meilleurs parcours pour la pêcher sont des milieux riches où l’eau se réchauffe significativement en été. Car c’est là qu’elles grossissent rapidement. La carpe est un poisson grégaire qui vit donc la plupart du temps en bancs, d’autant plus denses que les individus sont petits et vice versa. Les grosses carpes vivent ainsi en groupes de quelques individus seulement, alors que les bancs de carpeaux peuvent rassembler plusieurs dizaines de poissons. On peut en outre noter deux comportements typiques chez la carpe : elle parcourt souvent son territoire selon un circuit relativement précis et peut même faire preuve de ponctualité, c’est-à-dire repasser chaque jour au même endroit au même moment de la journée. Il faut y penser lorsqu’on cherche un poste. Le choix du poste doit débuter par une phase d’observation et de recherche d’indices de présence des carpes (sauts, bulles de carpes fouillant sur le fond…), indiquant où il faudra lancer ses lignes.

Indispensable montage cheveux pour pêcher la carpe

La carpe est un poisson fouisseur, qui se nourrit donc le plus souvent sur le fond. Et c’est bien là qu’il faut préférentiellement placer ses appâts pour avoir des touches, même si des situations particulières peuvent parfois rendre plus efficace une pêche décollée. Les montages les plus classiques sont des montages simples, avec un plomb et un anti emmêleur, préférable à une ligne flottante car la carpe préfère les appâts immobiles. Le montage « cheveux » est incontournable, car il permet de tromper les carpes les plus méfiantes. La carpe peut en effet aspirer et recracher plusieurs fois un appât avant de vraiment la prendre dans sa bouche. Si celui-ci est alourdi par un hameçon, il peut lui paraître suspect et être refusé. Le montage cheveux, donnant de la liberté à l’appât, résout ce problème et améliore très nettement les résultats. Il s’adapte en outre à de nombreux types d’appâts (bouillette, maïs, fève, tiger-nut, etc.).

L’autre point important du montage est qu’il soit auto-ferrant, c’est-à-dire que la carpe se ferre seule à la touche. Pour cela, on combine un bas de ligne court (une 30ne de cm) avec un plomb relativement lourd (80 à 150 g), qui assure le ferrage par son inertie.

La carpe se nourrit aussi bien d’esches animales que végétales. Mais ces dernières présentent un avantage important : elles permettent d’amorcer. L’amorçage est en effet indispensable pour attirer les carpes sur le coup et les y faire stationner suffisamment pour qu’elles trouvent le montage. Pour escher ou amorcer, on a le choix entre différentes options, des plus simples (maïs, pois chiche, fève…) aux plus élaborées comme les « bouillettes », ces petites boulettes qu’on peut façonner au diamètre voulu et parfumer et composer avec des recettes sur mesures pour vraiment personnaliser un coup.

Voila donc quelques bases pour bien pêcher la carpe et vivre, en cas de succès, une expérience inoubliable !

Fiches conseils Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche