Les fiches conseils d'Europêche

Réussir au toc quand les farios ne sont pas postées dans les courants

truite au toc

Les courants sont les zones d’activité privilégiées pour les truites. Mais elles n’y sont pas toujours postées. En tenir compte et savoir s’adapter à cette situation est important pour réussir régulièrement.

Lorsqu’elles sont très actives, les truites se postent dans les courants pour se nourrir des proies transportées par les flots. C’est le comportement qui se prête le mieux à la pêche au toc en dérive naturelle. Mais il est loin d’être le seul qu’adoptent nos chères farios pour se nourrir.

Truites avec des comportements différents

Elles peuvent en effet avoir des comportements différents tout en restant actives. Par exemple, elles peuvent se nourrir alors qu’elles sont cachées, sous des racines, un bloc ou n’importe quel type d’abris. Dans ce cas, elles se nourrissent de proies qui passent à portée immédiate, ou qui sont apportées par le courant et déposées sur le fond au ras de la cache, d’où elles sortent alors pour s’en nourrir. Elles peuvent également se déplacer lentement au ras du fond, dans des fosses profondes, et s’y nourrir de temps à autre de bestioles quasiment immobiles et posées entre des cailloux. Évidemment, ces différents comportements ne présentent pas les mêmes contraintes au niveau de la pêche. Faire dériver un appât naturellement dans un courant ne se fait pas de la même façon que d’avoir à le maintenir au ras d’un rocher ou encore de fouiller méthodiquement le fond d’une fosse. Ces différentes situations nécessitent des adaptations au niveau de l’action de pêche, voire au niveau du matériel.

Des truites qui prennent des appâts arrêtés

Lorsqu’elle n’est pas postée dans un courant, la truite prend rarement des appâts qui dérivent. Ou elle le fait lorsqu’ils dérivent très lentement. Mais c’est plus sûrement un appât arrêté qui la décidera et la fera craquer. Même si cet arrêt ne dure qu’un instant et que l’appât évolue par « sauts de puces » près du fond, emporté par un léger remous avant de se poser quelques secondes puis de repartir à nouveau entraîné sur quelques centimètres. C’est donc cette action qu’il faut donner à l’appât lorsque la pêche des courants les plus porteurs ne donne rien.

Pour cela, il faut utiliser des plombées plus lourdes que pour la pêche en dérive naturelle, afin que la ligne ne dérive plus lorsque la plombée cesse d’être soutenue. De cette manière, celle-ci se pose au fond dès qu’on le souhaite et on peut ainsi y laisser l’appât autant de temps qu’on le désire pour être certain que si une truite se trouve là, elle aura le temps de l’examiner et éventuellement de le prendre. Pour éviter de trop accrocher, il est important d’avoir une bannière la plus verticale possible. Cela donne un avantage certains aux cannes longues, les plus favorables pour pêcher en maintenant une bannière verticale. Les longues cannes téléréglables sont les reines de ces pêches. Compte tenu de leur longueur, elles offrent un grand champ d’action en promenant le montage d’une zone favorable à l’autre, en fouillant chaque centimètre carré et en arrêtant l’appât le temps souhaité avant de le déplacer un peu plus loin.

Prospection des fosses et des abris

Ce type de comportement des truites est fréquent par eau froide et c’est prioritairement dans ces conditions qu’il faut utiliser cette prospection. Évidemment, on ne pratique pas cette action de pêche n’importe où, mais principalement dans les secteurs où les truites peuvent adopter ce comportement sur des proies arrêtées ou presque. On peut en distinguer deux grands types : la proximité des abris et les fosses profondes. Dans tous les cas, le courant y est très lent voire nul au ras du fond. Ce qui permet à l’appât de s’y poser et d’y rester immobile ou presque. Il est important de ferrer à la moindre sensation anormale de sa ligne, afin de ne pas laisser engamer les truitelles.

C’est une pêche lente, moins intéressante que la pêche en dérive naturelle et qui consiste plutôt en une fouille minutieuse des postes précis. Mais certains jours, c’est la seule qui permette de prendre quelques farios…

Fiches conseils Récentes

Pêche au coup, réussir dans peu d’eau

Les plans d’eau peu profonds sont fréquemment délaissés par les pêcheurs. Ils sont  pourtant souvent riches en poissons blancs et présentent donc de belles opportunités. Mais ils nécessitent une...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche