Les fiches conseils d'Europêche

Sandre : le temps des pêches légères

Avec le réchauffement du printemps, le sandre se tient dans des zones relativement peu profondes où il chasse activement les poissons fourrages. C’est le moment de passer aux pêches légères, aussi passionnantes que productives dans ces conditions.

Après sa reproduction et dès que les eaux se réchauffent, le sandre rentre dans une période d’activité importante pour se refaire une santé. Les rassemblements de poissons fourrage juste après leur fraie sont donc une aubaine. Et contrairement à l’hiver, le sandre chasse principalement dans des zones relativement peu profondes (3 à 4 m, parfois moins) et souvent assez près des berges. À cette période de l’année, il n’hésite d’ailleurs pas à s’embusquer dans des caches de bordures d’où il peut observer son « garde-manger » … et se servir quand il le souhaite. Ces caches peuvent être des buissons immergés, des bois morts ou encore des herbiers. Toutes ne sont évidemment pas utilisées. C’est la proximité de bancs de poissons fourrage qui fait la différence et c’est ce qu’il faut chercher pour trouver les sandres. Ils sont d’ailleurs souvent accompagnés par les perches, et quelques brochets peuvent aussi se tenir à proximité. Les bancs de fourrage se tiennent fréquemment près de la surface à cette période de l’année et contrairement à l’hiver, il n’est donc pas nécessaire d’avoir un échosondeur pour les trouver.

Pêches légères pour postes peu profonds

C’est bien sûr à proximité immédiate de ces structures servant d’abris qu’on cherchera les sandres en priorité. Prospecter la proximité d’abris, surtout dans peu d’eau, nécessite des montages légers. Après les pêches profondes et lourdes de l’hiver, le printemps est bien plus intéressant car les pêches légères en linéaire sont nettement plus agréables. Les montures et têtes plombées feront le plus souvent 2 à 5 g, parfois moins, et on utilisera parfois des leurres souples non plombés, surtout pour pêcher au cœur des obstacles où l’attractivité du leurre tient à des phases de descente lente et à une animation « molle ». Pour cela, des montages à hameçon caché, de type « texan », sont tout particulièrement indiqués. D’une manière générale, ces faibles grammages permettent une pêche toute en discrétion et une action planante des leurres qui est très efficace. De petits coups de scion secs font décoller le leurre d’un coup, qu’on laisse ensuite redescendre délicatement vers le fond en surveillant sa bannière légèrement détendue, faible grammage oblige. Les touches sont souvent nettes, sous la forme d’un « toc » bien ressenti ; mais parfois, un simple tressaillement de la bannière vient trahir la prise du leurre, auquel il faut répondre par un ferrage immédiat.

Incontournables leurres souples pour les pêches légères

Qui dit montages léger dit matériel adapté. Canne light (2 à 10 gr de puissance) voire Ultra light (0,5 à 7 gr), tresse fine, petit moulinet, un matériel qui permet de décupler les sensations et procure ainsi beaucoup de plaisir. Pour le bas de ligne, un brin de 1 à 2 m de fluorocarbone en 20 à 24/100 sera parfait par sa discrétion et la sécurité qu’offre ce matériau dans les obstacles du fait de résistance à l’abrasion.

Côté leurre, les leurres souples offrent de nombreuses possibilités, les petites virgules et les shad de 5 à 7 cm étant des valeurs sûres. Mais les leurres de type « finess », fins et allongés et destinés au « drop shot » fonctionnent aussi très bien, avec des signaux minimalistes. Certains permettent même des animations très efficaces quand, sur un coup de scion sec, ils partent dans des embardés imprévisibles avant de descendre en planant vers le fond. Ces animations de type jerking doivent être essayées absolument.

Enfin, s’ils se tiennent le plus souvent dans ou aux abords immédiats des obstacles, les sandres peuvent également en sortir pour chasser en pleine eau, surtout à l’aube et au crépuscule, deux périodes clés pour ce carnassier qui craint la lumière. Il ne faut donc pas hésiter à également prospecter les zones nues et les plages homogènes. Si les leurres souples le permettent, ils ne sont pas forcément les plus adaptés au ratissage qu’imposent ces secteurs, contrairement à d’autres types de leurres. Les poissons nageurs comme les crankbait sont alors incontournables.

Fiches conseils Récentes
quand le brochet prend la mouche

Quand le brochet prend la mouche !

Les carnassiers aussi peuvent se pêcher à la mouche, particulièrement le brochet, un des carnassiers les plus réceptifs à cette technique.

Sandre : le temps des pêches légères

Avec le réchauffement du printemps, le sandre se tient dans des zones relativement peu profondes où il chasse activement les poissons fourrages. C’est le moment de passer aux pêches légères,...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche