Actualités

CARNASSIERS AU LEURRE : DEBUTEZ LA SAISON AU CRANKBAIT !

Simple d’utilisation, efficace sur quasiment tous les carnassiers et particulièrement le brochet,le crankbait est un excellent leurre pour débuter sa saison.

Le 1er mai, c’est l’ouverture de la pêche du brochet ! C’est donc le moment de ressortir les boites à leurres et de retrouver le chemin des lacs et rivières de seconde catégorie. Brochets, sandres et perches n’ont pas été pêchés depuis 3 mois pour cause de reproduction et sont donc moins méfiants. Voilà une bonne occasion de pêcher au crankbait, un leurre très intéressant pour prospecter de grandes étendues et couvrir du terrain.

Le crankbait, un leurre à réaction

Ces poisons nageurs se reconnaissent au premier coup d’œil grâce à leur forme trapue et à leur bavette souvent prononcée.  Ce sont des leurres dits « à réaction », c’est-à-dire faits pour faire réagir les poissons et déclencher des attaques réflexes. Ils émettent des signaux puissants, particulièrement de fortes vibrations, par leur nage serrée et leurs battements latéraux très prononcés (le fameux wobbling). Certains modèles sont en outre dotés de systèmes sonores qui ajoutent un signal supplémentaire qui peut se propager très loin. Le résultat est un leurre agressif, qui dérange les poissons et les fait souvent réagir par une attaque plus réactive que pour s’alimenter. En contrepartie, les crankbait ne sont pas faits pour insister. Si le carnassier doit réagir, il le fait au cours des premiers passages du leurre, rarement au 15ème. Les crankbait sont donc intéressants pour prospecter de grandes étendues et couvrir du terrain à la recherche de poissons réactifs.

Facile à animer

Leur animation est facile : on peut en effet se contenter d’une simple récupération linéaire, comme on le ferait d’une cuillère. Elle ne doit cependant pas être trop lente. Les leurres à réaction, qui cherchent à provoquer le poisson, doivent en effet à être animés rapidement pour ne pas les laisser « réfléchir » et provoquer des attaques réflexes. Tout reste relatif bien sûr, il ne faut pas faire la course avec les poissons !

On peut aussi varier l’animation par quelques coups de scion, qui vont provoquer autant de ruptures dans l’évolution du leurre, souvent décisifs pour déclencher l’attaque. On peut aussi faire se succéder phases rapides et temps de pause, particulièrement avec les modèles flottants, qui remontent alors vers la surface en se « dodelinant » de manière très attractive.

Chaque crankbait est conçu pour évoluer à une profondeur donnée, généralement indiquée sur la boite. Selon la profondeur du poste, on choisira donc un modèle adéquat, du « peu plongeur » pour les zones peu profondes au « grand plongeur » pour les postes profonds. Sachant qu’il ne faut pas espérer faire descendre un crankbait classique à plus de 4-5 m de profondeur. Au-delà, mieux vaut opter pour d’autres types de leurres.

Actualités Récentes

EN AVRIL : OSEZ LA PÊCHE AU TOC « À GRATTER »

Avril annonce souvent des conditions de pêche difficiles pour la truite. La pêche au toc « à gratter » est alors la plus indiquée pour tirer son épingle du jeu.

Les eaux froides et la fonte de...

Truite au leurre : pas trop vite !

Grisés par l’apparente facilité de la pêche de la truite au leurre, de trop nombreux pêcheurs récupèrent et animent leur leurre trop rapidement.

Est-ce dû au nombre croissant de...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche