Actualités

Pêche des carnassiers : Les lipless cranckbait : à ne surtout pas négliger

Très simple d’utilisation et redoutable d’efficacité sur tous les carnassiers, le lipless cranckbait est incontournable pour pêcher aux leurres.

Lorsqu’on les découvre pour la première fois, on est plutôt sceptique. Ces leurres imitant vaguement un poissonnet peuvent-ils vraiment prendre du poisson ? Puis vient le moment où les voit nager pour la première fois et où l’on se dit que finalement, ils vibrent sacrément et nagent plutôt bien. Arrivent enfin les premières utilisations, et les derniers doutes tombent. Oui vraiment, ces leurres sont bons. Pourquoi ? Parce qu’ils sont faciles à utiliser, qu’ils se lancent loin et enfin surtout parce que lorsque les conditions sont réunies, ils se montrent drôlement efficaces. Mais reprenons les choses dans l’ordre. Le lipless cranckbait, qu’est ce que c’est ?

Le lipless : un leurre agressif

Les lipless cranckbait sont facilement reconnaissable à leur forme générale imitant plus ou moins grossièrement un poisson, à leur absence de bavette (d’où leur nom lipless signifiant « sans bavette » en anglais) et surtout à leur œillet de fixation situé non pas à l’extrémité du leurre, mais au contraire sur le haut de la tête. Bien qu’il n’ait pas de bavette, le lipless crankbait vibre pourtant beaucoup. C’est dû au méplat sur lequel est implanté l’anneau de fixation du leurre : la simple résistance qu’il offre lors de la récupération suffit à mettre le leurre en action. C’est d’ailleurs ce point particulier qui lui confère sa nage serrée, générant de puissants signaux.

Sa densité étant supérieure à celle de l’eau, le liples cranckbait est un poisson nageur coulant. Il suffit donc de le laisser descendre à la profondeur souhaitée avant de débuter la récupération. L’absence de bavette a des conséquences importantes en action de pêche. Tout d’abord, le lipless se lance bien et loin. Et il remonte peu à la récupération et tient relativement bien sa profondeur initiale, du moins tant qu’on ne le récupère pas trop rapidement. Et surtout, il « tire » peu dans la canne, contrairement aux cranckbait à bavette. C’est donc un leurre agréable à utiliser.

Enfin, la plupart des modèles sont munis de billes internes, qui s’entrechoquent fortement lorsque le leurre vibre. Elles émettent alors des sons qui s’ajoutent aux vibrations et signaux visuels pour faire du lipless un leurre agressif, qui provoquent les carnassiers et déclenche des attaques réflexes. Il s’adresse donc plutôt aux poissons actifs, qui sont les plus réceptifs à ces leurres « à réactions ».

Un leurre pour les prospections rapides

Par ses caractéristiques et son mode de fonctionnement, le lipless cranckbait est un leurre dédié aux prospections rapides et à la recherche des poissons actifs et réceptifs. Il est très intéressant lorsqu’on souhaite couvrir du terrain. A l’inverse, il n’est pas destiné aux pêches insistantes, sur un poste précis où l’on veut finir par faire mordre des carnassiers qu’on sait (on qu’on suppose) postés. Car comme tous les leurres agressifs et provoquant, le lipless fonctionne un peu au « tout ou rien » : s’il doit y avoir une attaque, elle se produits le plus souvent lors des tous premiers passages, rarement en insistant au même endroit. Avec lui, on a donc tout intérêt à prospecter activement des zones nouvelles. Et si on souhaite insister sur un endroit précis, mieux vaut alors choisir un autre type de leurre.

Le lipless est facile d’utilisation

Son utilisation est simple : après l’avoir laissé coulé à la profondeur désirée, on peut récupérer simplement le lipless de façon linéaire. Sans lui faire battre des records de vitesse, il est généralement préférable de le récupérer assez rapidement, afin de ne pas laisser le temps aux carnassiers de « réfléchir ». Quelques coups de scions pendant la récupération cassent la monotonie en même temps qu’ils désaxent le leurre pendant un bref instant, se révélant souvent décisif pour l’attaque.

Enfin, en jouant sur les tailles, le lipless s’adresse à tous les carnassiers, des plus petits comme la perche et le black au plus gros comme le silure en passant par le brochet et même le sandre. Simple et universel, que demander de mieux ?

Actualités Récentes

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche