Les fiches conseils d'Europêche

Pêche au toc : pêche lourde de début de saison

pêche au toc

Des plombées lourdes sont souvent nécessaires dans les débits forts et les températures froides du début de saison, la pêche au toc est alors de mise.

En début de saison et souvent à partir d’avril, les pluies et la fonte des neiges gonflent nos rivières. Des débits forts et des températures basses produisent des conditions de pêche très difficiles. Toutes les techniques sont pénalisées, mais la pêche au toc reste souvent la meilleure option. Il faut cependant s’adapter à ces conditions, ce qui passe souvent par des plombées lourdes.

Pêche au toc, des plombées lourdes pour une présentation adaptée

Par niveau fort et eaux froides, prendre des truites au toc passe avant tout par une présentation adaptée. L’appât ne doit en effet jamais se présenter loin du fond et doit en outre y évoluer très lentement. De plus, il faut souvent insister sur chaque poste qui en vaut la peine, les truites étant peu mobiles. C’est pourquoi des montages relativement lourds sont souvent de rigueur, mais proportionnés évidemment aux caractéristiques du parcours et des coups pêchés. Cela ne signifie pas systématiquement pêcher avec plusieurs grammes de plombs. Une plombée de 1 gramme peut être considérée comme extrêmement lourde dans un ruisseau, alors que ce n’est pas le cas dans une grande rivière au débit soutenu où elle peut être tout à fait adaptée. Le point crucial déterminant concernant les plombées est de savoir si l’on souhaite pêcher en dérive naturelle ou au contraire en soutenant la plombée pour mieux insister et pêcher « à gratter ».

Plombées lourdes et pêche en dérive

Dans le premier cas, la plombée doit être composée en accord avec les conditions du moment et les caractéristiques des postes pêchées, pour que la ligne puisse dériver en étant portée par le courant. Elle ne doit donc pas être trop lourde pour pouvoir être entrainée par le courant, mais pas trop légère non plus sans quoi elle dérive trop rapidement et surtout trop loin du fond, deux points absolument négatifs en début de saison. Dans les petits cours d’eau où les postes sont de petite taille, les plombées simples et concentrées, composées de 3 à 5 plombs proches les uns des autres sont très adaptées. Dans les rivières plus larges en revanche, où les postes sont plus grands et profonds, des plombées plus étalées permettent de pêcher lourd tout en conservant une présentation correcte. La pêche en dérive est la plus indiquée pour prospecter les veines d’eau qu’on rencontre en rivière et qui nécessitent des dérives assez longues pour être bien pêchées. Une canne suffisamment longue (entre 3,90 et 4,20 m) est un avantage dès qu’il faut pêcher lourd en dérive.

Plombée lourde et portée pour insister

Mais on peut aussi choisir de soutenir nettement la plombée, ce qui permet de mieux la contrôler si on pêche à l’aplomb de la canne. Cette option offre plus de latitude pour réaliser la plombée, puisqu’elle est complètement soutenue et n’a donc pas la contrainte de dériver dans le courant. On peut ainsi utiliser des poids nettement plus conséquents qui permettent de s’affranchir en grande partie des courants et des turbulences. La plombée peut être massive et concentrée (olive, bille de plomb percée) ou au contraire étalée et souple (plusieurs plombs fendus étalés sur une longueur plus ou moins importante). C’est la longueur de la canne qui définit directement le « rayon d’action » et les possibilités de prospection. Pour cette raison, 5 m représentent une longueur minimum et une canne de 6 à 7 m est souvent bien utile pour prospecter plus loin, même si elles sont plus lourdes et moins maniables. On utilise alors des cannes téléréglables. Cette façon de procéder est la plus performante dès qu’il faut prospecter minutieusement dans des petits postes turbulents et insister aux abords des caches. Elle est donc indiquée pour prospecter les ruisseaux et torrents lorsque les eaux sont froides.

Fiches conseils Récentes

SURF CASTING : ANIMEZ VOS APPATS !

Si la pêche en surf casting est une pêche d’attente, l’immobilisme n’est pas forcément de mise. En effet, les appâts statiques ne sont pas toujours les plus attractifs. Un peu de mouvement...

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité de la pêche